Archive

Archive for the ‘Le baccalauréat’ Category

On a quelque chose de commun dans la famille ! En effet, l’erreur commise sur mon diplôme a (enfin…) été corrigée. Du coup, j’ai pu le retirer, et tout le monde a son diplôme ! Mon frère et moi avec notre Bac S, ma mère et son Bac Pro Secrétariat, et mon père a récemment reçu une médaille (en chocolat, haha) du travail pour ses 20 ans, et donc un diplôme ! Et tout le monde aura droit à son encadrement… Chouette. Le diplôme doit maintenant traîner quelque part sur mon bureau…

Sinon, j’ai passé une bonne semaine (voire très bonne à certains moments) : reprise du Ju-Jitsu mardi soir ; mercredi midi très agréable (sauf les sandwiches 😉 ,non non, c’était parfait) puis le visionnage de Matrix Revolutions le soir même (film génial, malgré des défauts que je ne citerais pas, par respect pour ceux qui ne l’ont pas vu, et parce que je ne suis pas ici pour en faire une critique !)(Autre chose sur Matrix : à la fin du film, d’après un pote qui était avec moi, je me suis penché en avant et me suis gratté le bouc pensivement !! Ce devait être comique à voir, parce que le lendemain il se foutait gentiment de moi ! Le problème, c’est que je ne me rappelle plus l’avoir fait…) ; reprise de l’escalade jeudi plus la parution d’un article dans Le Télégramme (je l’avoue : je n’aime pas beaucoup ce journal, trop brouillon et démago) qui fut une surprise (surtout la photo !) ; vendredi soir je regardais Bowling For Columbine sur Canal+ (il est bien comme documentaire, car il a fait réagir mes parents : déjà un bon point. Pour ceux et celles qui l’ont vu, je crois que la poilitique de la peur instaurée aux Zétazunis s’installe en France… Mais c’est un terrain de débats miné que je n’aime pas aborder.) ; samedi avec article dans le Bulletin Municipal de Plugu sur le repas des Anciens et photo des serveurs (dont je faisais parti…) qui fut également une grosse surprise (j’avais oublié en fait)…
Début décembre, il y aura une sorte de marathon
Le Seigneur des Anneaux, c’est-à-dire que uniquement pendant la première semaine de décembre La Communauté de l’Anneau version longue sera au cinéma, le semaine suivante Les Deux Tours version longue uniquement, puis enfin (ENFIN !) Le Retour du Roi. Après, dans plusieurs années, si je suis toujours de ce monde, je pourrais dire que j’aurais vécu Le Seigneur des Anneaux au cinéma. Que du bonheur.

J’ai remarqué que dans la vie de tous les jours, il faut savoir trouver le juste milieu dans tous les domaines, et en particulier entre l’égoïsme et l’altruisme. Il faut savoir penser à soi comme on devrait savoir aider ses amis. Je sais, parfois il est difficile de faire une concession quand on n’en a pas très envie, pourtant si vous portez une bon jugement et que vous avez confiance en la personne, je n’aperçois pas d’obstacle. La confiance est primordiale. A votre avis, vous aurais-je donné cette adresse si je n’avais pas ne serait-ce qu’un minimum d’estime pour chacun de vous ? Ce n’est pas de la flatterie, c’est la vérité.
Comme je le disais, pas plus tard qu’hier, à une copine de Fac : je ne veux pas d’ennuis ou d’embrouilles avec qui que ce soit. Je ne juge pas une personne à travers ses défauts (je n’ai pas dit qu’il ne fallait pas en tenir compte), mais par ses qualités, et là se trouve la clé. Si les défauts deviennent par trop désagréables, sachez en parler avec la personne incriminée. C’est un conseil, car moi-même je ne suis pas le mieux placé pour me permettre un jugement de personnalité, au premier sens de l’expression, sur une qui que ce soit… Je suis certainement un des mecs les plus naïfs sur Terre. Ce n’en est que plus attachant, non ?? (Ouah l’autre hé !!)

La passion. Qu’est-ce que c’est ? C’est l’état affectif et intellectuel assez puissant pour dominer la vie de l’esprit, par l’intensité de ses effets, ou par la permanence de son action (merci P’tit Bob !).
L’écriture est une de mes passions, ainsi que la lecture et la musique (je n’en joue pas malheureusement, j’aurais voulu savoir jouer du piano… Je me contente d’écouter.).

Il m’en reste encore à trouver, à mon avis…

Publicités
Catégories :Le baccalauréat

Hier j’ai voulu retirer le précieux sésame que représente le diplôme du Bac, mais comble du malheur, je n’ai pas pu. Pourquoi ?
Petit retour en arrière : je me rappelle très bien du jour en classe où j’ai reçu la convocation pour les épreuves du Bac (même que c’était Riou alias le Hibou qui nous les avait données), et que je m’étais marré parce qu’il y avait marqué : Mme H***** Yohann. Il n’y a pas qu’à moi que cela est arrivé, je le précise. Pourtant, je ne savais pas que cela allait être marqué sur le diplôme… Voilà pourquoi je ne l’ai pas retiré !

Catégories :Le baccalauréat

Et un, et deux, et trois dans la famille à avoir son Bac cette année !!!!!

Si ce n’est pas merveilleux tout ça. Trois sur quatre à l’avoir. Non, plutôt trois sur trois, mon père ne le passait pas.

Oui, je l’ai obtenu hier, je devais avoir minimum 7 pour le décrocher, le prof m’a mis 11 !!! Muchas gracias mi hermano !
Si vous saviez la journée de folie que j’ai passée…

Je vous raconte ? Ok, c’est parti !

Au préalable, j’avais peur d’une chose : ne pas me réveiller à temps pour partir. J’avais placé deux alarmes à 5h45 du mat’. Résultat, j’me suis réveillé à 5h30. Perte d’un quart d’heure de sommeil…

Brest est une ville étendue, et je me suis perdu en arrivant !! Il restait 20 minutes avant l’heure fatidique, quand je trouvais l’entrée de Kérichen… Pfiou. Une fois garé, je retrouvais Caro et Anaïs avec leurs pères, et Greg nous rejoignait peu après. Le prof de maths aussi. Après avoir donné les matières que l’on voulait repasser, je filais vers les maths, salle L303. Le plus drôle à ce moment c’est que la salle se trouvait à peu près au milieu de l’étage, et que à l’une des deux entrées y’avait la moitié de la tête de Riou qui dépassait pour nous regarder !! C’était à mourir de rire !!! Vers 8h30 je passais le premier en maths. Je me rappelle encore de l’énoncé :
Premier exercice : calculer une intégrale entre ln3 et ln2, et la fonction c’était deux exponentielles piches à souhait. Tranquille pour démarrer. Le deuxième exo portait sur les probabilités, et ça, c’était une autre paire de manches (pour moi). M’en suis bien tiré en fin de compte, le prof était super, il aidait trop à la fin, les questions qu’ils posaient étaient assez faciles. Voilà pour les maths.
Je savais alors dans un coin de mon cerveau noyé dans l’incertitude que j’avais mon Bac. Je me dirigeais vers la physique et je rencontrais Caro qui en sortait. Elle me disait que le prof (un vieux) avait saqué Greg et qu’elle même n’avait pas réussi grand chose. Ben c’était mon tour de prendre une raclée en phys ! J’ai eu un p’tit exo de mécanique et de pHmétrie, le truc que je n’ai rien compris du tout. C’est là le plus drôle de la journée, j’ai complètement foiré ma phys (sur mon relevé de notes le prof m’a mis 2, c’est vous dire), et ce en beauté. Je ne répondais pas aux questions des exercices, pour une des questions de chimie, j’avais trouvé 100 litres au lieu de 10 mL, et le plus comique c’était qu’il fallait donner le mode opératoire pour prendre ces 10 mL !! Comme j’avais trouvé 100L, il m’a demandé s’il fallait un fût pour prendre ces 100L… En se marrant bien sûr. J’en pouvais plus moi par contre. De suite après, il me demandait le volume d’un bock… 25cl que je lui disais, et il me répond :
« Au moins une bonne réponse ! » L’autre mec qui passait après moi s’est marré dans son coin… Après il me demandait si j’avais fumé avant de venir en oral… L’hallu général. Et aussi si j’avais été en cours de physique pendant l’année. Avant de partir, je lui disais que j’étais une catastrophe en phys pendant toute ma p’tite vie, mais lui me dit alors : « Tu n’es pas une catastrophe, mais un cataclysme !! » On s’est marré tous les deux, incroyable… Il me dit alors qu’il espérait que j’ai réussi les maths… Ce qui voulait tout dire pour la phyz’…
Ensuite j’attendais que les autres aient fini de passer les maths, puis on allait manger. La généreuse Caro me proposait de venir manger avec elle, son père et ses deux cousines pour ne pas me laisser tout seul. Ce fut un repas agréable, en compagnie de charmantes demoiselles (narf), et d’anecdotes du père de Caro sur Vonne… Cultissime. Il m’a payé mon repas, j’ai protesté mais il a rien voulu savoir… Bon. On laissait Stéphanie et sa sœur pour aller à Décathlon avec Caro et son père. Et ce fut un véritable calvaire : il faisait chaud dans le magasin, le père de Caro a dû mettre trois quarts d’heure pour choisir une paire de chaussures. Caro et moi on n’en pouvait plus, et il était 15 heures quand on partait du Décathlon (pour y être arrivés à 13h30).
Enfin, l’attente des résultats fut longue : vers 17h15 ce fut la délivrance, je gueulais comme un porc dans la cour du lycée, je bondissais partout… Ils avaient encore eu un problème de communication avec Rennes : il fallait envoyer les notes en premier à l’académie avant de les publier. L’horreur pour nous. Mais on a notre
Baccalauréat.
Je rentrais chez moi, mon frère m’appelait en route pour me dire que le prof de maths avait appelé chez moi… De retour à la maison, je trinquais avec mon frère, puis j’inondais quelques portables de SMS en écrivant que j’avais eu mon Bac. On est alors venu me chercher pour jouer au ping-pong… Comment refuser ? 😉 Deux heures plus tard, je retournais chez moi pour enfin dormir… Fin.

Conclusion : les années lycée sont enfin finis pour moi, j’en suis ému quand je l’écris (quand même), c’est vrai que ça fait bizarre… Ces années de déconnade, de passages à vide, d’émotions, tout ça fait parti du passé maintenant. J’en ai un pincement au cœur… Mais je suis heureux. J’ai appris de nombreuses leçons, toutes aussi utiles les unes que les autres, mais jamais aussi intensément qu’au lycée. Mon passage à l’âge adulte, s’il existe cet âge, ne se sera pas fait sans mal pour moi et les autres personnes de mon entourage. Au lycée j’aurais vécu les pires mais également les meilleures années de ma vie, les plus riches en événements. Donc je remercie tous ceux qui m’ont supporté pendant ces 5 années éprouvantes. Merci à vous, merci.

Pourtant, ce n’est pas le moment pour moi de faire le bilan. De nouveaux horizons s’ouvrent désormais devant moi. Je n’ai vécu que le quart de ma vie (quasiment), il m’en reste trois encore à remplir. Il me reste tellement de choses à découvrir… N’est-ce pas merveilleux ? Être toujours émerveillé, d’être surpris constamment par ce qui nous entoure, n’est-ce pas le meilleur moyen d’apprécier la vie ? Tellement, tellement de choses à découvrir… Et dans tous les domaines.
Je peux m’atteler à deux tâches qui me tiennent particulièrement à cœur : trouver la moitié qui me manque, et continuer mon livre.

Je vous aime tous.

Catégories :Le baccalauréat

Eh non, je n’ai pas eu mon Bac…
Mais rien n’est perdu. Il me manque 27 points, c’est beaucoup et peu en même temps. Je m’explique : je me suis tapé un joli 3 en maths, coefficient 7. Maintenant en oral, il faut que j’ai minimum 7 pour avoir mon Bac. 4×7=28 C’est ça la magie des maths… A part Greg, Caro, Anaïs et moi, les autres l’ont eu, félicitations !! Marie et Sandrine ont eu mention AB, et John mention B !! Double Bravo !!!!
Je suis terriblement déçu, évidemment, je m’attendais à tout sauf à ça. Bon, je ne désespère pas de l’avoir, ça me ferait c***r de le foirer quand même, à ce niveau, ce serait un énorme gâchis. Et dire que je visais le 10 en maths avant de connaître cette damnée épreuve… Le passé, c’est le passé.

*Soupir* Bon. Que pourrais-je dire d’autre… Que je n’aurais pas mon boulot à Douarnenez à cause de l’oral… Hier soir, le concert d’Aston Villa était bien, mais c’était un peu fort… Bon après on m’a posé un gros lapin [pour aller en boîte], merci les filles… Elles m’ont rappelé vers 6h du matin… J’te jure. Ça m’a fait plaisir, même si je n’ai pas réussi à m’endormir après. J’attends vos mails les filles !!

Allez, je vais bosser… mes maths. Bordel.

Catégories :Le baccalauréat

Blog Yoyo, le retour…
Non, je n’ai pas fait de pause. C’est juste que mon forfait internet est quasi à sec, alors… Na ! [La grande époque des forfaits de 6 heures… 06/06/08] En ce moment je suis au lycée, dans la salle informatique avec Pti Fred, on se fait du ping pong, c’est drôle… Et puis, entre nous, ce cochon s’est amusé à visionner des vidéos de fist… Beurk…

Quoi de neuf depuis la dernière fois ?
Pleins de trucs, mais ce serait trop long à expliquer… Surtout en ce qui concerne l’épreuve de maths…
Disons que j’ai eu plusieurs soirées, « mouvementées » pour la plupart, depuis mercredi de la semaine dernière, mais c’était marrant quand même ! Surtout la fête de la musique, on a fait des pogos !! Fallait voir, boudiou !!
Hier, j’ai fait le trajet jusqu’à Brest en compagnie de Sylvain, Muriel et Caroline, pour passer notre dernière épreuve du Bac, l’oral d’ATC… Dois-je répéter que ça me gonflait grave ?? Je l’ai légèrement foiré, à croire que y’a qu’avec les filles que ça s’est bien passé. Je ne dirais rien sur le chemin qu’on a emprunté à l’aller, mais surtout au retour (Sylvain m’avait lâché avec Benoît) où j’ai dû supporté les hurlements hystériques d’amazones déchaînées qui se voyaient déjà coincées à Brest… J’ai manqué nous faire tuer aussi, ça c’est moins drôle… Rapidement : j’ai traversé la voie alors qu’un camion-citerne déboulait sur ma gauche. Mais tout est bien qui finit bien.
Demain on ira faire un tour à l’Ile-Tudy pour faire plaisir à damoiselle Mumurge, mais pour moi c’est surtout parce que j’ai envie de me souvenir de mes étés d’enfance là-bas… (Soupir)

Catégories :Le baccalauréat

Exclusif !!! (Lire plus bas)

Bon ben, j’ai passé la première épreuve : celle de Philosophie. C’était loin d’être du gâteau !!
Deux questions :
1) « La vérité dépend-elle de nous ? »
2)
« Prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi ? »
Et en troisième choix, un texte de Kant (je crois). Mon frère a pris ça, c’est un fou !
J’ai pris le deuxième sujet, et ici, maintenant, en exclusivité mondiale je l’affirme, je vous donne… mon introduction !!! Tout le monde hurle de joie !! C’est parti !
« Pourquoi deviendrait-on étranger à notre Moi quand on prend conscience de ce Moi ? Aurions-nous peur d’affronter ce que nous sommes réellement ? On devient un étranger à soi-même dès lors que l’on ne se reconnaît plus en soi-même. Pourtant, comment rejeter notre Moi quand on y prend conscience ? Quand on prend conscience de soi, n’est-ce pas l’émergence de notre propre personnalité ? Successivement nous tiendrons des commentaires en deux parties puis nous tenterons d’aller au-delà des réponses attendues. »

J’ai réellement pondu une bouse.
J’ajouterais même, une excessive confiance en soi, surtout dans le dernier morceau de la dernière phrase. « Je vous invite à me noter hors-sujet » !


A part l’examen en lui-même, ça m’a fait plaisir de revoir les autres de ma classe, sauf une personne que je ne citerais pas. On est tous dans la même salle, la C 105 de l’usine, pardon, du lycée Brizeux. L’ambiance, bien que tendue, était cool, on entendait la manif en bas, elle diffusait Manu Chao et Noir Désir (c’est tout ce que j’ai reconnu). Un moment, Ben a saigné du nez, mon pov’ vieux. Chuis sorti à peu près 2h45 après le début. Qu’est-ce que je me faisais c***r… A la fin je comptais réécrire mon commentaire sur un brouillon, histoire de faire passer le temps… Mais je me suis dit que ça n’en valait pas la peine.
En dehors de l’exam, Caro a eu son permis, bien joué ! Sandrine par contre, a m***é. Pas grave, ce sera pour la prochaine fois.

Maintenant, le gros des épreuves arrive ! Et ça va c*******************er !!
D’abord.

Catégories :Le baccalauréat

La veille du Bac.

Cette nuit j’ai trouvé une des significations profondes du Pourquoi j’utilise un Blog pour m’exprimer. Vous me voyez envoyer chacune de mes interventions écrites dans vos boîtes mails ? Primo vous n’en comprendriez pas la raison ; deuzio vous en auriez vite ras-le-bol de mes débâts intérieurs (qui peuvent un peu s’extérioriser ici d’ailleurs). Mais ça, ce n’est que la façade. La véritable raison est que j’ai toujours préféré le silence de l’écrit au vacarme de l’oral. Non pas que parler m’exaspère, je ne suis pas un ours aussi renfermé (que les mauvaises langues s’abstiennent de commentaires, sinon…), mais que parfois je laisse le pas à mon cerveau au détriment de mes cordes vocales. Et ça fait du bien. Certain(e)s devraient en prendre de la graine (ce n’est pas une critique, je ne me le permettrais pas, voyons).
C’est pour cela également que je ne parle pas trop : le fait de m’imposer aux autres. Je reste souvent au second plan lors de discussions quelconques, non pas que je m’ennuie, mais que je suis (suivre) le fil de cette discussion. Si je ris ou que je balance une petite remarque, c’est bien une preuve que je ne m’endors pas, au contraire. Donc, je n’ai pas besoin d’intervenir en permanence, puisque je suis (être) en accord avec le fil conducteur de la conversation !
Pourquoi parler, alors qu’un regard ou un geste suffit ?
Je ne fais pas ici l’allégorie du mutisme. Parler est essentiel à la vie humaine, à toute relation qui se respecte. (Je tourne en rond là…)

Niais je le suis. Un peu, beaucoup, passionément, à la folie… Cela dépend des jours, et cela provient de mon côté paternel. Pas aussi fort ! Faut pas prendre mon père pour un guignol ! Et puis, si ça ne fait rire personne, au moins moi ça me fait rire. Et rien de tel pour vous mettre d’humeur jovial, même si les autres n’ont rien compris !

Mon rêve… Voir, dans un premier temps, mon livre être édité… Ce n’est pas mon unique rêve hein !! Je ne vais pas tous les écrire, ça me gênerait dans la mesure où un rêve est imagé et que les miens ne seront pas tous réalisés. Un rêve reste un rêve, un fantasme, un songe, une chimère !

Comme dit plus haut, je n’aime pas m’imposer aux autres. C’est une des raisons du Pourquoi je ne fais pas de stop, par exemple. Ma discrétion (ça dépend à quel moment) et ma modestie naturelle (sauf au babyfoot où j’ai tendance à l’ouvrir un peu trop, à tort !) empêchent des débordements qui affecterait ma conscience propre. Grâce à ces deux caractères, je n’ai quasiment pas d’orgueil. Il y a un troisième facteur, plus sournois : ma timidité excessive – voire maladive. Tout ces ingrédients combinés donne le résultat que de me mettre en avant me rend limite malade. Un peu de fierté ne fait pas de mal, c’est vrai, mais tout le temps… Ma conscience ne supporterait pas ces débordements. Ou alors c’est que j’aurais rudement changé dans ma tête. Je suis bien comme je suis, pourtant il reste une moitié à combler. Mais cela est une autre histoire mes amis…

Oui, je pense à toutes ces réflexions la nuit. Elle porte conseil, n’oubliez pas !

Catégories :Le baccalauréat