Accueil > Trip-scripts > Toulouse 1/3

Toulouse 1/3

Il est 11 heures et des poussières dans la cité violette. (Ça pose son exergue, n’est-ce pas ?)

(Les quelques lignes qui suivent peuvent être considérées comme Yohann faisant ses gammes. Bouraroum !)

♫♪ Figarofigarofigaaarooooooo !!
♪♫ Libéralibéralibéééraaaaaaa !! (tion !)

My tailor is rich. And I’m a Hobbit ! How how how !
Gandalf is in the place. And he’s gonna kick the ass of Sauron, this motha fucka. Yeah.
Don’t worry, Big Bro’s watchin’ ya.
Please, I’m a granny, I’m old and grumpy, be quiet, take it easy. Yo !

Tandis que Gamelle s’échine à faire disparaître les immondices collées au sol à l’aide d’un aspirateur, j’écris ces lignes. Tout à fait. Ceci est peu commun dans le sens où écrire directement sur ordinateur, je n’aime pas trop ça. Je préfère infiniment plus composer à l’aide d’un stylo sur une feuille de papier… Mais je m’égare. À voir donc le néo-Toulousaingue s’activer sur son plancher, cela me rappelle la montagne de lessive qui m’attend chez moi, que je repousse désespérément et, surtout, vainement. Je ne sais pas si je ressens la notion de remords vis-à-vis de mes fringues “sales”, cependant je me dis en mon for intérieur que puer au niveau supérieur aurait une incidence plus que fatale dans les capacités olfactives – et à terme intellectuelles – de mes camarades ou collègues. J’ai tout de même la connaissance de ce que l’on nomme magnanimité. Je m’atéllerai (orthographe douteuse) par conséquent à ce faste chantier, et ce dès mon retour à Bordeaux.

Gamelle est parti à l’aventure, tant est que l’on puisse qualifier d’aventure la recherche d’un sac d’aspirateur neuf. Celui qu’il a extrait de la machine ressemble vaguement à une tumeur d’un cancéreux proche du stade critique (c’est-à-dire la muerte), et depuis lors, il se morfond dans un coin dans l’attente du coup de fil d’une de ses colocataires fraîchement partie de l’appartement, Élodie si je ne me trompe, qui est de toute évidence la plus à même à renseigner mellon nin (un peu de quenya n’a jamais tué personne) sur les capacités de recyclage des sacs. Mais à l’instant où mes doigts tapotaient maladroitement ces modestes lignes, et que ma position assise me bloquait la circulation sanguine de la fesse gauche jusqu’à mon pied… gauche aussi, premier stade de la gangrène, la colocataire a délivré de son coup de fil opportun Gamelle, depuis plongé dans la lecture d’une bande dessinée, en lui donnant les informations essentielles à l’utilisation de ces désormais fameux sacs d’aspirateur.

Tout ceci ne sert pas la Grande Cause, comme nous le disons chez les Francs-maçons, ou les Vrais-charpentiers, mais je me console en me convaincant que j’aurais grandement pollué le fichier de correction d’anglais des cancres dont Gamelle s’occupe, tout en sachant qu’il peut effacer ces quatre paragraphes d’une simple manipulation.

La barbe des rhubes et des maux de crâne !…

C’est tout. Pour le moment. (Bah ouais, on fête les dix ans de Loft Story et de l’accouplement aquatique de Jean-Edouard et Loana !!)

Publicités
Catégories :Trip-scripts
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :