Accueil > Intermédiaires > Intermédiaire XXVI

Intermédiaire XXVI

S’enfuir avec ses propres démons, ça les renforce, ça les fige en vous. Et partir seule provoquera l’effet inverse que vous escomptiez ; la boucle s’adressera à la boucle, Ouroboros mémoriel, jusque son anéantissement total ; en d’autres termes, vous vous détruirez.
Encore faut-il posséder une conscience.
Est-ce le sujet de votre prochain ouvrage ?
N’importe quel livre évoque son auteur ; comment voulez-vous écrire sur des choses que vous n’avez jamais vécu ?
Peut-être… en faisant preuve, disons, d’imagination ?
Imagination ? Écoutez, un gars comme Einstein qui sort une phrase du genre « L’imagination est plus puissante que la connaissance » ne peut être qu’un abruti. Je vous parle de faits, je vous parle de la réalité, de ce que vous avez vécu, pas des Idées de Platon.
Qu’est-ce qu’un écrivain peut apporter au monde d’aujourd’hui ?
Je n’en sais strictement rien. Vous me posez une rudement bonne question.
De la patience ?
En attente de ?…
Si vous ne faites pas un effort, nous ne viendrons pas à bout.
Vous voyez ? Les faits, amenez les faits.
La fin justifie les moyens, selon vous ?
Non, ne le voyez pas ainsi… D’accord, vous marquez un point. Je n’ai pas fui à Eilean Bàn, j’aime la solitude. A cet instant, vous disposez d’une toute-puissance sur vous-même.
C’est là que vous vous trompez, mais je ne vous expliquerai rien, car vous ne voulez rien entendre.
Tirons partie des faits.
Très bien. Il neige.
N’est-ce pas ? Ne vous faites pas de mouron. Les flocons de neige ne durent pas, vous savez. Le vent et le sel sont sans pitié, à défaut de soleil. Vous pouvez rouler tranquillement sur Skye Bridge et rentrer chez vous.
Vous sortez de la douche.
Ne pas ronger les cuticules gonflées par l’eau brûlante de la douche, cette faim d’épiderme sans saveur découvre le sang de la chair.
Vous avez mangé des pâtes.
J’ai fait bouillir de l’eau ; les minuscules bulles d’oxygène, coincées sous la tache d’huile d’olive flottante, se réconcilient, se communautarisent, percent la substance oléagineuse puis éclatent ; invisible vapeur, éther domestique de la casserole.
Et cela n’est-il pas preuve d’imagination ?
Non, ces images retranscrites ont eu lieu ; ce sont des faits.
Je n’ai qu’une conclusion : vous êtes ignorante. Jamais il ne vous viendra à l’esprit que ce phare illuminera les sommets blanchis jusqu’au ciel, telle l’écume terrestre, ou le cadavre méticuleux des nuages…
Vous déblatérez des foutaises. L’imagination est un poison, car elle fait rêver. Je ne me base sur rien d’irrationnel.
Laissez-moi deviner… Vous percevez le monde en gris.

Publicités
Catégories :Intermédiaires
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :