Je suis dans une maison, peut-être mon ancien appartement de Melun. Il y a des toiles d’araignée accrochées partout, où que je pose mon regard. J’ouvre une porte, de l’autre côté je déchire une super-structure filandreuse et fais fuir une ribambelle de petites bêtes. Dans la lumière oblique matinale, aucun grain de poussière ne danse, ils ont tous été capturés.

Je sais qu’en refermant la porte, les bestioles repartiront dans la rénovation de leur demeure, et j’en suis troublé. M’approchant d’un meuble, non sans m’être débattu dans le grillage animal, je découvre une épaisse nappe de brouillard de soie dans laquelle séjourne une immonde araignée. Je me saisis de la poignée et lorsque j’ouvre le placard, avec un effroi durement réprimé j’observe la bête qui se meut à une vitesse irréelle et part se recroqueviller dans un coin.

Publicités
Catégories :Rêves
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :