« Aussi âgée qu’une fougère, aussi fringante qu’une ortie, aussi coupante qu’une oyat doit être ta vivacité d’esprit. »

Chatouiller est le propre du contact ; une démangeaison tenace lui titillait le fond de la pensée.

« Deux papillons qui batifolent : y a-t-il mieux auquel on peut sans peine se comparer ? »

Publicités
Catégories :Philo de comptoir
  1. Anonymous
    31 mai 2008 à 17:57

    Ah, une fougère! :p Que de beaux souvenirs :oD Zat

  2. Yohann
    31 mai 2008 à 21:13

    Ah ben je l’avais écrit avant que tu n’évoques ce caressage de fougère !:oD

  3. Anonymous
    1 juin 2008 à 07:44

    Oui, je sais :o) C’est pour cela que je m’enamuse !

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :