Archive

Archive for décembre 2006

31 décembre 2006 Laisser un commentaire

Je souhaitais vraiment passer mon Jour de l’An à Paris, seul (aussi bizarrement que cela puisse paraître), peut-être pour rencontrer de nouvelles personnes dans un bar… J’ai fantasmé.

C’était sans compter sur cette maudite pluie (un coup des Anglais, à n’en pas douter). Un vrai clavaire, avec les poches de la parka humides, les chaussures qui suintent à chaque pas, la capuche à rabattre sans arrêt… Je suis parti avant même le décompte, tellement la pluie faisait germer un cafard bien senti.

Sur les allées du Champ de Mars rôdaient des vendeurs à la sauvette. Leurs Tour Eiffel miniatures et clignotantes en main, ils abordaient les passants avec une insistance dérangeante. Un groupe d’entre eux formait un barrage de sollicitation pénible, et l’une de ses personnes a probablement prévenu les policiers, car ceux-ci n’ont pas tardé à voler dans les plumes (pour des poulets, c’est ce que l’on appelle la force de l’habitude) des marchands ambulants !

A part ça, un vieil homme qui a raté la marche en sortant du métro, avec un risque avéré d’être transformé en steack. Du retard sur la ligne et un attroupement de rigueur. Un accident de ce type fait partie du quotidien, quand ce n’est pas un suicide réussi, tout comme l’accordéoniste édenté ou l’homme aux cartons J’ai-une-femme-et-cinq-enfants-à-nourrir. La misère ordinaire ; pas de quoi casser trois pattes à un canard. Triste, morne soirée !
[20/07/08]

Catégories :Un an à Melun

Depuis que je suis ici, à Melun, il y a toujours une question (idiote, je le révèle de suite) qui revient sans cesse, telle une litanie : « C’est pas trop dur, sans la télé ? »
Quelques temps auparavant, j’aurais explosé de rire au nez et à la barbouse de mes interlocuteurs, me foutant de leur poire de manière ostentatoire. Question idiote, vous disais-je en aparté !
Maintenant, je leur réponds patiemment que non, la vie est formidable sans cette boîte cathodique (ou catholique ?) hypnotique. La télévision n’est pas moins que la nouvelle religion de notre époque. Mais là n’est pas mon propos.
Je leur réponds que quand eux passent leurs soirées à garder leurs yeux grands ouverts (en battant le moins possible des paupières) sur le petit écran, je m’enrichis en lisant, écrivant, lisant et écrivant encore et encore (je lis beaucoup plus que j’écris). Nos yeux ne transmettent pas les mêmes choses. Eux se contentent d’enregistrer la vacuité qu’on leur propose, je me garde bien en retrait de cette soupe morose. Je préfère les immortels récits imprimés sur cellulose.
Quelle paix ! Seule la page retournée déchire le silence (si l’on excepte cette conne de voisine du dessus qui tousse sans arrêt depuis deux mois. Va te soigner, grognasse !!). Je commence à me rendre compte du temps perdu devant cette lucarne… Mis à part le temps consacré aux jeux vidéos et aux films que j’aime, et quelques matchs de football, le reste je le considère comme perdu.
Il est vrai qu’à l’IUFM, nous avons un professeur qui ne mâche pas ses mots face à la télévision. Il est donc pas très apprécié d’une grande majorité de la classe, majorité dont je ne fais pas partie. En particulier lorsqu’il sort ses petites diatribes.
Mais à ceux qui m’interrogent, j’ai vraiment envie de leur hurler dans les oreilles avec un mégaphone : « MEEERDEUH !! Y’A PAS QU’LA TéLé DANS LA VIE ! »

Bah, euh, nan, j’ai rien d’autre à dire… J’lai déjà dit que je revenais en Bretagne… Non ? La première semaine de Noël.

Catégories :Un an à Melun