Accueil > Poèmes ? > Danse frétillante

Danse frétillante

Une abeille admirait le soleil et la lune.
« Et d’eux, se disait-elle, on ne s’en lassait
Jamais trop, à les contempler. » Mais l’astre nocturne,
Cas très particulier, se voyait rarement en plein jour.
« La lune ne semble apprécier votre essaim que modérément,
Fit sa cousine la luciole. Si c’est l’heure qui ne lui sied,
Demain dans la journée sera comblée cette lacune. »
La nuit, toute abeille s’endort en l’absence de lumière.
La nôtre s’éveilla le matin l’esprit neuf et confiant.
Dès midi cela commença : le disque d’or était rogné
Par le couvercle de bronze. La clarté allant diminuant,
Doucement, la torpeur s’empara de la butineuse, et
Celle-ci maudit la luciole de ce tour très habile…

Depuis décembre dernier je n’avais pas composé de poème ?! Il me plaît celui-là, sans prétention. Sachez aussi qu’il est plus intrigant qu’il n’y paraît… :o)

Publicités
Catégories :Poèmes ?
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :