Il y a tout juste 60 ans, la première explosion nucléaire déchirait le ciel d’Alamogordo, au Nouveau-Mexique, à l’aube. Kenneth Bainbridge, responsable des essais, souffle alors à l’oreille de Robert Oppenheimer : « A partir de maintenant, nous sommes tous des fils de pute. »
Ce succès marque l’aboutissement du projet Manhattan (Manhattan Engineer District), un des plus ambitieux projets militaro-scientifique et industriel de l’histoire. Il ne faut oublier qu’au départ, ce projet naît d’une volonté commune des physiciens de contrecarrer le nazisme. Ceux-ci se sont exilés aux Etats-Unis, et Enrico Fermi (physicien italien) y rejoint Albert Einstein et d’autres confrères.
Albert Einstein n’a pas participé au projet, il l’a soutenu. En 1939, déjà fort d’une notoriété considérable à l’époque, il écrit une lettre au président Roosevelt pour mobiliser la classe dirigeante autour de la nécessité de fabriquer la bombe atomique. Il a beau être profondément antimilitariste, il prévient du formidable danger à voir l’Allemagne nazie disposer d’une telle arme. Car depuis 1938, les principes de la fission et de la réaction en chaîne sont très bien connus.
Le 16 décembre 1941, Roosevelt lance officiellement le projet Manhattan (dans le plus grand secret, cela va sans dire).
Le 2 décembre 1942, Fermi et son équipe mettent au point la première pile atomique. Certains pressentent déjà l’issue tragique d’une telle aventure scientifique ; ainsi Léo Szilard, physicien pourtant initiateur du projet, serre la main de son collègue italien en lui disant : « C’est un jour noir pour l’humanité. »
De là, tout s’accélère : le pôle le plus important et depuis emblématique s’ouvre à Los Alamos en mars 1943, sous la direction du physicien américain Robert Oppenheimer. Un millier de scientifiques s’installent dans ce complexe, parfois avec leur famille, et travaillent d’arrache-pied dans le plus grand secret. Le principal défi scientifique réside dans le dimensionnement des bombes, car celles-ci doivent être suffisamment peu volumineuses pour être larguées d’un avion.
L’équipe y arrivera en un temps record. Et ce pour les deux types d’engins explosifs assemblés à Los Alamos : celle à l’uranium et celle au plutonium. Un doute subsiste sur les capacités explosives de la seconde ; c’est elle, baptisée « Trinity », qui est utilisée le 16 juillet 1945, à Alamogordo, dans le désert de Jordana del Muerto, à environ 300 kilomètres de Los Alamos. La bombe à uranium, elle, sera directement larguée sur Hiroshima, trois semaines plus tard. Après l’utilisation de la bombe contre des populations civiles, certains contributeurs du projet manifestent des remords : Oppenheimer, Bethe… Cela n’empêchera pas certains plus tard de collaborer avec les militaires au développement de la bombe H.
Et, le 16 juillet 1945, à l’heure où leur entreprise se concrétise, rares sont les scientifiques qui regrettent. Dans un livre de conversations sur ses souvenirs de Los Alamos, Richard Feynman explique : « Après l’explosion, il y eut une formidable excitation à Los Alamos. Tout le monde faisait la fête (…) . Je me souviens que Bob Wilson était assis là et semblait broyer du noir. « A quoi penses-tu ? », lui ai-je demandé. « C’est terrible, ce que nous avons fait là « , a-t-il répondu.« 
Bob Wilson était-il le seul physicien de Los Alamos, au soir du 16 juillet 1945, à « broyer du noir » ? Pas loin, si l’on en croit Richard Feynman. « Ce qui nous est arrivé à tous est que nous avons commencé à faire quelque chose pour une bonne raison. Ensuite nous avons travaillé très dur pour y parvenir, avec plaisir, avec excitation. Et nous avons cessé de réfléchir. Bob Wilson était le seul qui continuait à réfléchir.« 

Article honteusement pompé sur celui du Monde, écrit par Jean-François Augereau et Stéphane Foucart, mais quand je l’ai lu je n’ai pas réfléchi, je sais que je me devais de le réécrire ici.

Publicités
Catégories :Non classé
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :