Archive

Archive for mai 2004

Un jour j’ai fait un test pour savoir les relations que j’avais avec le cinéma. Bah je ne pense pas être déçu de la réponse, même si je le précise : ce n’est qu’un test…

Cinéma

« Vous avez une vraie culture cinématographique, pourtant vous cherchez encore à l’approfondir. Vous vous intéressez ainsi aux chaînes qui diffusent plusieurs oeuvres sur un même thème ou un meme réalisateur. Vous pouvez passer d’un engouement pour les films d’action à un intérêt soutenu pour le cinéma asiatique. Un jour vous ne jurez que par Almodovar, un autre ce sera « South Park » qui aura votre préférence. (NdY : n’exagérons pas !) Cette curiosité, cette ouverture à tous les courants et tous les styles de films s’accompagne cependant d’une grande exigence et d’un véritable sens critique. Par moment vous êtes même pris de véritable fringale. Vous pouvez regarder plusieurs films à la suite. [Ce fut le cas pendant les vacances de Pâques 2007.] »

Dites-donc !! Ce ne serait pas ce que l’on appelle l’éclectisme ça ??
Avec ce test j’ai l’impression de m’envoyer des fleurs… Pourtant c’est bien la réalité (pas de m’envoyer des fleurs !!) que je suis, on va dire, friand de nouvelles découvertes cinématographiques. Et ça marche aussi avec la musique, même si, comme dans le cinéma, j’ai mes préférences. C’est plus difficile dans la littérature, parce que c’est plus long à se rendre compte (sauf pour L’Orange Mécanique d’Anthony Burgess, où j’ai arrêté de le lire au bout de trois pages). J’ai mes genres… De toute façon, c’est impossible d’aimer toutes les formes d’art avec leurs sous-genres, c’est comme tenter d’aimer tout le monde sur la planète… Il y a forcément quelque chose qui va nous rebuter chez une personne comme dans un tableau ou une œuvre d’art quelconque.
Intéressante question que je pense vouloir approfondir. Il faudrait que je note les questions et réflexions qui pourraient faire débat…

Moi, philosophe ?

Publicités
Catégories :Non classé

Bon sang, en relisant, j’ai complètement oublié Clément !! Même s’il ne lira pas ça, excuse-moi de l’oubli !! Purée, j’oublie le phénomène de la classe…
😉

Catégories :La fac de Quimper

Je n’arrive toujours pas à croire que ma première année de Fac s’est achevée vendredi dernier, par une heure et demie d’anglais (à mourir d’ennui). Un 30 avril ! C’est très tôt je trouve ! Surtout qu’ils ne nous donnent aucune semaine de révision. Lundi ce sera 6h de partiels avec Histoire Contemporaine le matin et Historiographie l’après-midi [en trois ans, on apprend à ne plus s’étonner de telles dérives administratives].

Bon ! Que puis-je rajouter d’autre ? L’été approche à grands pas, avec le travail en intérim en vue, Kill Bill Volume II sort bientôt et j’irais le voir avec mon frère (qui a apprécié le Volume I, incroyable), le DVD version cinéma du Retour du Roi sort normalement fin mai ~ début juin, l’Euro 2004 arrive lui aussi…
Mais cela n’est que pacotille et superflu par rapport à ce que je vais perdre pendant un temps. C’est-à-dire jusqu’à la rentrée prochaine de septembre. Encore faut-il que je passe en deuxième année. Encore faut-il que je reste en première année.
A quoi fais-je donc allusion ? La formidable ambiance du groupe qui s’est constituée au fil du temps. Pas envie de la quitter… Mes formidables vannes pourries et bides à répétition, Gael et les zieutages permanents sur le flot féminin continu de la BU, les séances d’escalade avec Pascal, les embrassades redoutées et passionnées d’Isabelle (t’inquiètes, elles sont appréciées intérieurement, même si j’ai un semblant de rejet extérieur !) , les fous rires incompréhensibles et irrépressibles de Manon, les critiques et paroles doucement acerbes et acides de Glen, Julie et sa bonhomie inébranlable (M
ais que vois-je dans la plaine ??), Irin et sa touffe blonde repérable à des kilomètres, Antoine et ses tentatives de garder son sérieux (et qui va passer dans le camp des ennemis intimes des historiens : les géographes… Agrôôô…), Svetlana et son inépuisable garde-robe excentrique (à mes yeux), Ronan et sa dépendance désastreuse au thé (personnellement je préfère le bon vieux chocolat Van Houten !), Vincent et sa vie aux mœurs sans contraintes, Stéphanie et ses manières urbaines et parisiennes (elle s’adapte petit à petit, on note les progrès !), et enfin le géant Matthieu et ses remarques parfois (un peu trop) fines et décalées…
Nous sommes treize ; un bon chiffre, quoi qu’en disent certains.
Ils m’ont tous apportés quelque chose, petit ou grand, matériellement et/ou spirituellement. Merci. Je me demande si moi, à mon tour, j’ai pu les aider à un moment ou à un autre. Je n’ai pas le droit de les abandonner maintenant. Ma route avec eux n’est pas terminée. Ce que j’ai énoncé sont les « principaux ». S’il fallait tous les énoncer… Il y a Yann, Jean-Marie, Christophe, Arnaud, Hervé (malgré lui : Bernard l’Ermite/l’Hermite, Alone in the Dark), Sébastien (ses exposés mémorables), Paubert (le Maître Bien-Aimé), Brunet (ses blagues bien pensées), De Mathan (…), Breton (merci pour le 1/20 en CM d’Espaces et Sociétés…), Tonton Jack et ses interventions remarquées en amphithéâtre au premier semestre (je me souviens encore quand il avait répondu à la question de Paubert sur le nom du comte habitant en Transylvanie, sa voix grave et traînante de motard montant des profondeurs de l’amphi : «
Drèculè… » -> cultissimo-mythique).

Maintenant, il me faut passer en deuxième année. Et les autres aussi ! Pour eux, pas de soucis. Pour moi, hum… Je ne fais plus de calculs, car cela m’a été fatal au Bac. Je vais me retrouver aux oraux que ça ne m’étonnerait pas… Je ferai mon possible.

Catégories :La fac de Quimper