Archive

Archive for mars 2004

Ma vie aura une fin. Je ne sais pas quand, je m’en fous. Je n’ai plus de volonté pour écrire dans ce journal, pas assez de volonté pour vous faire partager la bataille acharnée de boules de neige que j’ai vécu la semaine dernière, pas assez de volonté pour raconter le week-end dernier chez Gael mon pote historien et toutes les mini-aventures que j’ai pu vivre…

De la cendre sur mes tomates !
Katell hésite.
(S)He galops away…
Je veux revoir les montagnes ; les montagnes Gandalf !
Vous… ne passerez… pas !
Je vais faire une capuche avec ton prépuce.

Pas assez de volonté pour dire à quel point je suis surpris de la formation de l’incroyable bande d’amis qui s’est créée dans le groupe n°1 de la 1ère année DEUG Histoire, année scolaire 2003-2004, chose que je n’aurais jamais eu l’idée le jour de la rentrée scolaire de septembre dernier. Pas assez de volonté, tout simplement.
Je n’ai plus envie d’écrire quoi que ce soit ici. Je pense que cet outil a rendu son office. Désormais ce qui m’arrivera je le garderai pour moi. Cela me donne quelques avantages : primo je me sentirai débarrassé d’un poids grandissant, secundo j’écrirai plus et travaillerai plus sur mon livre, tercio je n’aurai plus à me répéter et à me retrouver à ne plus pouvoir raconter une anecdote nouvelle.

Je terminerai donc par un au-revoir, à défaut d’un adieu. Peut-être écrirai-je quelque chose pour le premier anniversaire de mon journal sur internet.

Lino Ventura, Les Tontons Flingueurs : « Patricia mon petit, je voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier, l’homme de la pampa parfois rude reste toujours courtois, mais la vérité m’oblige à te l’dire : ton Antoine commence à me les briser menu !! »
De moi : «
Si l’on regardait chaque personne de la population mondiale dans les yeux, n’y aurait-il qu’un seul coup de foudre ? »
La citation de la fin, dans
Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain : « Les temps sont durs pour les rêveurs… »

Publicités
Catégories :La fac de Quimper